ROSE BLANCHE 1

 

 

En ce jour tout particulier du dernier dimanche de mai je pense à ces mères blessées qui souffrent dans l’indifférence. Accablées elles pleurent en silence la perte d'un enfant bien aimé arraché trop tôt à la vie par la violence, la maladie.

On n'parle pas d'elles à la télé, on n'en fait pas d'publicité. Pour les marchés c'est pas vendeur, non, c'est pas veneur ce malheur.

Dans nos p'tites vies bien confortables, dans nos p'tites têtes bien raisonnables on oublie vite c'est plus pratique, pourtant c'est contraire à l'éthique.

Aussi je propose un instant , un instant de recueillement à la mémoire de ces enfants pour assurer à ses mamans qu'aujourd'hui spécialement nos coeurs partagent leurs tourments.